Comment séparer le perso et le pro quand on travaille de chez soi ?

17 Avr, 2020 | Articles création de marque, Articles état d'esprit, Articles organisation

Nouvel article que j’avais en tête d’écrire dans un tout autre contexte au départ, et à destination d’une cible essentiellement composée d’entrepreneurs. Mais avec ce contexte exceptionnel de confinement, les astuces que j’ai à partager vont très certainement pouvoir s’appliquer à bien plus de monde.

Gérer son espace et son organisation
pour travailler avec fluidité.

Evidemment que c’est extrêmement dur, compliqué et qu’il faut se faire violence pour réussir à travailler correctement de chez soi. Pas de trajet pour te sortir de ton cadre privé, pas de lieu à associer à ton job, bref, une sphère qui se mélange entre privé et professionnel. Alors, comment réussir à créer une cission entre ces deux univers ? Une différence qui se révèle d’ailleurs bien souvent indispensable et vitale pour un bon équilibre mental et physique, pour conserver sa sérénité.

Tentons aujourd’hui de poser les limites de chaque partie qui compose notre vie.

Se définir un espace de travail

Je sais pertinemmment que tout le monde n’a pas une pièce à attribuer à son entreprise, et c’est bien pour ça que je te parle d’un « espace » de travail. J’ai décidé d’installer mon bureau dans le salon (pour d’autres raisons) mais mon cerveau a parfaitement assimilé que, lorsqu’il se place à ce bureau, je ne suis plus dans mon salon et j’entre bien dans la sphère de mon business. Si mon mari est là et que la télé fonctionne par exemple, j’enfile mes écouteurs, je fais jouer ma playlist du moment, et je crée moi-même ma bulle de sérénité. Si tu as une pièce à dédier à ton business, c’est parfait. Mais si ça n’est pas le cas, et même si tu n’as pas un bureau à installer ou que ce soit, contourne le problème avec quelques astuces.

Pendant un moment, j’ai dû m’installer sur la table de la salle à manger, je me contentais d’amener de la déco, des affaires de papeterie et je transformais pour quelques heures ma salle à manger en bureau. Parce que tout ce qu’on essaye de conditionner là  c’est ton cerveau : pour qu’il puisse se placer en mode productivité au moment où tu lui donnes comme info qu’on se met au poste de travail et qu’on commence à charbonner. Commence donc par te matérialiser cet espace dédié pour t’accompagner stratégiquement à ta mise en route.

Trouver et définir tes horaires

Si tu me suis depuis un moment, tu sais que pendant une période, je n’étais pas franchement quelqu’un du matin. Mes journées démarraient sur les coups de midi et s’achevaient vers 4h du matin. Parce que j’étais ok avec ça, j’étais productive et c’était les horaires que j’avais choisi d’avoir. En ce moment, je coupe plutôt vers 1h et je me lève sur les coups de 8h30, je déborde d’énergie en début de journée et c’est là que j’abats le plus de travail. Je te ferai peut-être un autre article sur ce changement de rythme, mais la seule clef et la seule raison pour laquelle tout ça est super fluide pour moi c’est que :

Je m’écoute.

Et il n’y a aucune autre astuce. Je m’impose un cadre, avec des horaires, mais pas en me basant sur la société, je ne me base que sur ce qui me convient. Hors confinement j’adapte ça à mon agenda de cours de danse, à ma vie perso, à mes contraintes du moment, et tout reste simple. Le tout n’est donc pas de t’imposer un 35h semaine, un week-end off obligatoire et des horaires de bureau. Ce n’est pas du tout l’idée de cette astuce. L’objectif ici c’est de t’imposer un cadre avec des horaires dédiés au professionnel, pour te faire faire un pas supplémentaire dans la distinction privé/pro. Mais si tu ne souhaites travailler qu’en matinée et début d’après-midi, si tu veux te la jouer nocturne, c’est ok ! Ecoute ta productivité, tes obligations, tes contraintes, et construis ton planning horaire autour de ça.

S’imposer des moments off pour ne pas s’oublier

On arrive au point qui m’a demandé le plus de temps, le plus de travail sur moi-même, et c’est pourtant l’un des piliers de ta réussite pour séparer pro et perso : être capable de couper (et vraiment le faire !) pour prendre le temps du perso. Au départ, j’ai dû les inclure à mon planning pour ne pas déroger à la règle, et progressivement j’ai pris le rythme et j’ai appris à apprécier ces instants dédiés uniquement à moi, mes proches, mon bien-être mental et physique. Surtout dans les débuts d’une entreprise, on a tendance à s’oublier en voulant investir le plus de temps possible dans son business : mais c’est une erreur qu’on fait quasiment toutes. En fait, on commence par avoir l’impression de perdre du temps en n’étant pas productive et en s’offrant le luxe de ne rien faire alors que l’agenda est bien chargé. Mais en réalité, ça fait partie du process créatif de relâcher la pression et de se régénérer.

C’est le mécanisme de la fameuse prise de recul qu’on conseille toujours de faire sur n’importe quelle production, pour sortir la tête du guidon, penser à d’autres choses et revenir avec un regard neuf. C’est exactement pareil ici. N’oublie pas que tu es ton outil principal : sans toi, rien ne prend vie. Alors attention à ne pas sur-stimuler la machine au risque de la voir claquer entre tes doigts. Je t’ai déjà parlé du burn out que j’ai failli faire il y a quelques temps, tu n’y échappes pas sous prétexte que c’est ta propre entreprise : bien au contraire !

Tester et trouver TON organisation

L’un des leviers qui fera la différence, évidemment, ce sera l’organisation et la gestion de ton agenda. Exercice plutôt périlleux, encore plus lorsque tu te trouves chez toi, l’organisation n’est pas une évidence pour tout le monde. Et pourtant c’est le pont qu’il te manque peut-être pour réussir à cumuler productivité, moments de détente, efficacité et relâchement de pression. Autant dire : ce qu’on cherche absolument !

Il y a vraiment tout un tas de méthodes d’organisation, je t’ai déjà parlé de ma nouvelle organisation et de tout ce que ça avait déclenché pour mon business, et je tiens à appuyer à nouveau sur cet élément ultra important. Beaucoup de monde pense que je suis une vraie cinglée de l’organisation, parce que j’ai besoin de tout noter, tout planifier, tout prévoir en amont pour soulager mon esprit et avoir un sommeil serein. Mais la réalité c’est qu’en procédant ainsi, j’ai démultiplié ma productivité, soulagé mon esprit, je n’ai plus peur d’oublier ou de faire trop tard quelque chose : je sais que tout est optimisé. Aussi bien les moments pros que les instants persos que je m’impose absolument pour freiner l’élan et reprendre une bonne respiration.

Sur l’échelle de l’importance, les moments perso sont au dessus du pro 

Rester indulgente et patiente envers toi-même

L’une des choses que tu dois bien garder à l’esprit c’est que tu dois vraiment faire preuve d’une grande patience envers toi, tu dois te laisser le temps de trouver la méthode et l’organisation qui vont te convenir. Tu dois prendre le temps de tester, parfois d’échouer et c’est à ce moment là qu’il faudra faire preuve d’indulgence. Parce qu’on ne réussit pas à établir une rupture entre pro et perso, quand tout se passe dans son chez soi, en deux jours. Evidemment, ça prend du temps de définir des limites, de prendre ses marques, d’enclencher des automatismes. Et ça prendra du temps de créer ta méthode sur-mesure pour mettre toutes les barrières.

La première chose que je te conseille de faire, à la fin de cet article, c’est de lister tes activités pro, tes moments perso, puis de reprendre chaque point de cet article pour composer une méthode, une structure, pour accueillir la nouvelle semaine qui se profile devant toi. Et une fois que ce sera fait, accorde-toi un moment de break, de la façon qui te conviendra, à toi, et à personne d’autre.

J’espère avoir pu t’aider avec ces petites astuces à creuser, évidemment, pour obtenir de réels résultats dans ton quotidien.

Pour être tenue informée des prochaines sorties d’articles, retrouve-moi dans la Newsletter