étapes pour positiver à nouveau après un retour de vacances difficile

Les vacances d’été : on est en plein dedans. Et comme souvent, beaucoup sont absolument impatientes de partir, pour se permettre de de déconnecter complètement, de ne plus travailler, de changer d’air, d’enfin respirer, voir autre chose, se laisser rêver et vivre le paradis le temps d’un instant.

*

Bref on attend avec angoisse quelque chose de totalement éphémère. 
*

Cette année, je n’étais pas vraiment impatiente de partir. En fait, jusqu’à la veille du départ, je ne réalisais même pas que nous allions enfin descendre dans le Sud. Le constat est simple : j’aime bosser pour ma boîte, j’adore mon environnement de travail, ma maison, mon bureau. Je m’épanouis dans le quotidien que je tend à me créer depuis un an et demi. Alors quand on se sent bien, à sa place, le reste n’est que du bonus. C’est exactement pour ces raisons-là que je voyais vraiment notre séjour dans le sud de la France comme quelque chose de normal et je n’ai pas du tout mystifié nos vacances. D’ailleurs, je fais même partie de ces personnes qui, au bout de 10 jours, commencent à avoir envie de rentrer chez elles. Ma maison me manquait. Vraiment. Mon cadre de vie, de travail, mon confort, tout en fait. Et pourtant, quand je suis rentrée, le retour à la réalité a été violent. Alors pourquoi ces contradictions ? Pourquoi cette fois, je n’ai pas retrouvé la place que j’avais laissé en partant ? Et comment positiver à nouveau après un retour de vacances difficile ?

Je vais te donner mes étapes pour relancer la machine et comprendre les signaux que nous envoie notre cerveau

Qu’est-ce que je qualifie de dur retour à la réalité ?

 

Avant même de savoir quelles étapes tu pourrais positionner dans ton quotidien, il est bon de savoir si tu trouves vraiment face à un retour de vacances difficile. C’est normal d’être un peu nostalgique, d’avoir un coup de blues ou de fatigue, de faire la larve dans ton canapé pendant quelques heures ou une journée. Ce qui ne l’est pas, c’est si ça commence à s’éterniser des jours entiers voir des semaines. Je te l’ai déjà dit, chacune des journées que tu as la chance de vivre est exceptionnelle. Tu ne peux pas te permettre de juste laisser le temps filer à sa guise et reprendre le train en marche au bout d’un moment.

J’ai erré pendant trois jours sans trop avoir le courage de me remettre en action, sans réussir à replonger dans mon business, je ne parvenais même plus à écrire ou à lire. Je n’avais aucune concentration, mon esprit vagabondait sans cesse et j’ai compris à ce moment-là qu’il me fallait absolument rebondir et comprendre ce qui se passait. Alors oui, si tu ressens un peu le même genre d’abattement qui s’éternise, j’ai des choses à te proposer. Mais la première étape est simple : reconnaître qu’on est totalement concernée par ce genre de symptômes.

Pourquoi et comment identifier les causes du mal-être ?

La seconde étape pour à nouveau positiver et libérer ton esprit, c’est de pouvoir identifier ce qui te rend comme ça. Parce qu’un retour de vacances n’a pas ce pouvoir-là. Pourquoi tu dois absolument réussir à le faire ? Parce que tu vas voir qu’une explication existe, s’identifie et que tu vas pouvoir élaborer une méthode pour retrouver ton soleil intérieur. Et c’est loin d’être si difficile que ça.

Qu’est-ce qui fait que tu ne vas pas bien ? Est-ce qu’une personne te manque ? Est-ce qu’un lieu t’obsède ? Est-ce que c’est retrouver ce job ? Ce collègue ? Ce fonctionnement ? Cette routine ? Il y a forcément quelque chose, un problème, un manque, un trop qui prend le dessus. Moi, j’ai vite compris que c’était la région dans laquelle on se trouvait. Je sais que ce qui m’a plombé le moral, c’est le fait de quitter le Sud. Parce qu’on se voyait y vivre, qu’on s’y voit toujours et même plus. A partir du moment où tu poses des mots sur les maux, c’est le plus gros du travail.

 

Refuser de se trouver dans la norme

Et puis il y a ceux qui s’arrêtent à cette étape du processus. Ceux qui se sentent mal, qui savent qu’il y a un problème et qui sont même conscients de ce qui le cause. Puis, pouf, ils reprennent leur train-train quotidien, sans rien changer, en espérant que ce malaise perpétuel en eux finisse par se tasser. Mais j’ai l’agréable honneur de te dire que non, cette méthode ne marche pas et ne fonctionnera jamais sauf si vivre malheureuse te convient. La troisième étape du processus c’est de refuser d’être dans la norme qui se dit que c’est normal de vouloir plus mais de se contenter de ce qu’on possède déjà.

Tu as sûrement remarqué à quel point c’est ancré dans nos moeurs le fait de détester son job, sa vie, de dire qu’on est « enfermées » dans la routine. Je n’ai pas de chaîne. Ma routine n’est pas un tabou que j’ai honte de vivre au quotidien, ma routine je l’ai choisie, créée et je travaille dur pour l’améliorer et la faire ressembler à ma vie de rêve un peu plus chaque jour. Pour pouvoir positiver à nouveau, en étant pleinement consciente de tout ce que tu as mis en place précédemment, je veux que tu refuses de vivre comme si tu n’avais pas réalisé tout ça. Ce n’est pas normal d’être sans cesse comme incomplète.

 

 

Préparer un plan d’action

Maintenant, tu vas pouvoir te lancer dans l’avant-dernière étape : celle de la création de ton plan d’action. Tu as ton/tes objectifs en tête, tu sais parfaitement ce que tu dois changer et tu vas donc pouvoir réfléchir au comment. Quelle sera ta méthode pour l’atteindre ? Je sais que je veux vivre dans le Sud, pas dans 20 ans, bien avant. Alors j’ai préparé une liste d’actions pour y parvenir. J’y ai glissé des étapes professionnelles, personnelles, financières, familiales… Je sais exactement quels leviers activer et de quelle manière.

Prends donc le temps de ne pas voir ton rêve comme un truc inaténiable genre à vie. Ton rêve, c’est ton moteur et tu dois tout faire pour le concrétiser et en formuler alors un autre. Prépare ta liste, aussi longue soit-elle, pour t’accomplir. Tu veux vivre dans un autre pays ? Apprends à parler sa langue pour commencer peut-être. Tu veux changer de job ? Peut-être dois-tu te former avant de penser à obtenir cette place de rêve ? Bref, repère et note-toi ces choses à transformer dans ta vie.

 

Agir, patienter, positiver

Enfin, dernière étape qui se découpe en trois volets : ton passage à l’action. Maintenant que tu sais ce qu’il te reste, sur le plus ou moins long terme, tu n’as plus qu’à te bouger. Cette étape est loin d’être la plus facile. Bien au contraire. Et pourtant, c’est celle qui va tout changer, tout révolutionner dans ton quotidien. Quelle femme veux-tu être ? Acceptes-tu de laisser le temps filer encore davantage ? Pas moi.

Cependant, prudence. Ce passage à l’action va prendre du temps, c’est certain. On ne construit pas un empire en une nuit. Alors apprends à patienter, à accepter le fait que tu construises tout ça progressivement. Aime le processus, le chemin, la route pour y parvenir, autant que ton résultat. Sois fière de chacune des étapes que tu vas franchir, même la plus infime, elle fait aussi partie de jeu. Et là, tu peux commencer à positiver : parce que tu agis, parce que tu marches sereinement vers cette étoile, vers ce truc qui te prend aux tripes, vers ce bonheur qui te décroche un sourire, un rire, une folie, une ivresse.

 

 

 

Sois fière de toi, parce que ta vie est en train de devenir exceptionnelle.

 

 

Prends la place qui te revient.

——————————–