3 ans d'entrepreneuriat : le bilan

Ce 1er Avril 2020, j’ai célébré mes 3 ans d’entrepreneuriat. Déjà. Le temps file à une vitesse hallucinante, même dans ce contexte improbable de confinement et les années sont si différentes les unes des autres ! Je vais donc prendre le temps de te rédiger un bilan, des conclusions, et t’annoncer quelques-unes de mes projections pour la nouvelle année que j’entame.

Il est temps d’entamer un voyage temporel.

Pas toujours évident de prendre le temps de se poser face à soi-même, face aux actions réalisées ou manquées. Pourtant, cet exercice de prise de recul est ultra efficace pour avancer, ajuster la trajectoire, s’améliorer encore et encore. Bref, ne pas se reposer sur ses acquis.

Je me lance donc à coeur ouvert pour te partager tout ça.

Pourquoi j’ai débuté Digital Women en 2017 ?

J’en ai déjà parlé de nombreuses fois sur le blog, mais également sur mes différents réseaux sociaux. Ceci dit, je tenais réellement à rassembler tout le cheminement au sein d’un seul et même article, alors je vais en reprendre les grandes lignes.

Mars 2017, je suis alors salariée en CDI dans une petite start up de la métropole lilloise. Je n’aime pas ce que j’y fais. Je déteste même ça. Et l’atmosphère entre salariés est ultra tendue, à la limite parfois du harcèlement moral (dépend d’où tu places la limite finalement). Mes différentes passions ne me suffisent plus, j’ai besoin d’une soupape supplémentaire pour décompresser : me vient alors l’idée de ce créer ce blog.

Oui parce qu’au départ, Digital Women c’est juste ça : un blog et un compte Instagram. Mais les jours passent, je me retrouve complètement absorbée dans cette spirale, qui me fait du bien, qui plaît autour de moi, sur la toile et en réel, alors je passe à la vitesse supérieure : je lance mon entreprise.

J’ai toujours eu un tempérament à diriger, contrôler, créer, et face à moi-même, je me dis qu’il est grand temps de tester ça. Et je le fais, tout sauf une blague, je reçois mon immatriculation officielle le 1er Avril 2017. Et c’est parti.

Quelques mois plus tard je quitte mon poste salarié, plus tôt que prévu, bien plus tôt d’ailleurs, et,

la peur au ventre, je me lance dans l’aventure de l’entrepreneuriat.

L’évolution de mon business en 3 années

Je répète sans cesse à mes clientes que leur entreprise n’est absolument pas figée. Qu’il est tout à fait normal, et même bon signe, que celle-ci évolue en même temps qu’elle. Pour Digital Women, ça a évidemment été la même chose : rien n’est identique au jour de son lancement et rien ne sera pareil (très certainement) d’ici quelques années.

Tout d’abord, parlons évolution de mon activité, évolution de mes prestations. Au démarrage, j’étais essentiellement tournée vers mon domaine de formation « scolaire », à savoir, la communication. Je proposais donc des coachings réseaux sociaux mais j’étais déjà axée sur une cible d’entrepreneurs féminins. Je formais donc à l’utilisation des différentes plateformes sociales et progressivement, j’ai également mis en place de gros ebooks (plus de 200 pages à ce moment là) à la vente. Puis, avec les années, mes services se sont affinés, je me suis formée à la création de sites web (avec l’immense soutien de Marie qui était persuadée que j’étais faite pour ça et qui a eu raison x1000) et j’ai adoré. J’ai tellement aimé ça que je n’ai fait que me former, des nuits entières, pour devenir de plus en plus performante. Mes ebooks se sont précisés, sur des thématiques plus light, plus accessibles, avec une trentaine/cinquantaine de pages. J’ai également mis de côté les coachings réseaux sociaux quelques temps et j’ai commencé à former en école sur tous les aspects de mon métier actuel. Autant dire que la carte de mes services a bien grandi, mais tout en se précisant à la fois. Autant que ma place dans mon business finalement.

Côté chiffre d’affaire, je t’en parlais dans cet article, ma première année fut violente : puisque j’ai encaissé un SMIC sur un an. Une centaine d’euros mensuels, bref un business qui se lance. Pour certaines ce sera identique, pour d’autres ce sera plus rapide et pour d’autres encore bien plus long. Il n’y a aucune science exacte sur tout ça. Ma deuxième année commençait déjà à ressembler à autre chose, avec un CA qui tournait autour des 10 000€, mais toujours pas de quoi en vivre sereinement. Mais j’y ai toujours cru. En gagnant 0, 100, 1000€, j’ai toujours cru en mon idée, en mes services, en celle que j’étais, en mes possibilités d’aider les autres. Alors j’ai continué, sans relâche. Et en année 3 j’ai explosé le plafond des 20 000€.

Est-ce que j’aurai fait quelque chose différemment ? Absolument pas. Car tout ce cheminement, cette évolution de business, elle a été entièrement liée à ma propre évolution. Elle n’a été que le reflet de moi-même. Et j’accepte le rythme que j’ai eu pour devenir celle que je suis. Je ne changerai ni les moments de peurs, de doutes, d’échecs, ni les plus belles de mes réussites, les rencontres qui ont changé ma vie, mon business et ma personne toute entière. Je n’ai aujourd’hui aucun regret, car je sais que je suis toujours restée alignée avec chacune de mes valeurs, que j’ai agis pour concrétiser, à chaque fois, mes objectifs.

Je ne me suis jamais perdue en route, alors qu’importe le temps que ça a pris,
tout le chemin parcouru sur ces trois années fait partie à sa façon de ma réussite.

Mon évolution personnelle

Je te l’écrivais juste avant, j’ai évolué tout autant que mon business. Je dirai même que nous sommes « connectés » l’un à l’autre, c’est évident. J’ai donc, moi-même changé beaucoup de choses dans ma façon de faire, mais ma personnalité a également été ajustée au fur-et-à mesure des expériences et actions que j’ai pu connaître.

L’une des plus grosses nouveautés pour moi a été un changement d’organisation. J’ai toujours été super organisée dans ma vie, ma mère est une pro de la gestion d’agenda et j’ai beaucoup appris en vivant avec elle. J’ai toujours fait 12 000 trucs dans mon quotidien (de la danse, des comités de lycée, des événements, mes cours, ma vie perso… bref toujours sur plusieurs fronts à la fois). Mes amis disent de moi que « j’ai toujours 5 nouveaux projets à leur raconter à chaque fois que je les vois » et c’est vrai. J’ai ce besoin d’être stimulée quotidiennement, de faire, de créer, d’inventer, de chercher, de me casser la gueule aussi et de me relever, inlassablement. Je n’arrive pas à rester sans rien faire (enfin, j’évolue sur ça, mais j’y reviens juste après). J’ai donc dû retravailler toute mon organisation, et elle est radicalement différente en cette troisième année si je me retourne pour comparer mes débuts. Je t’ai déjà rédigé un article détaillé sur ma façon de m’organiser chaque jour alors je ne vais pas revenir dessus en détail ici, mais clairement, le jour où j’ai trouvé mon organisation, j’ai explosé mes résultats financiers et la rentabilité de mon business. Tout est lié.

Récemment, j’ai aussi connu un changement de rythme. Si tu ne le sais pas encore, je ne suis absolument pas du matin. Je suis un vrai oiseau de nuit et ma productivité explose vers 00h. J’ai déjà écrit plusieurs fois sur le sujet. Mais récemment, même si je ne suis toujours pas très matinale, je me lève et me mets en action bien plus tôt qu’à mon habitude. J’essaie progressivement également de m’imposer des moments off. Des journées à ne rien faire (même si c’est le plus dur pour moi) parce qu’après avoir frôlé le burn out avec mon propre business, j’ai compris qu’il fallait que je prenne soin de mon outil le plus important : MOI.

Et dans cette même dynamique, au fil des années, j’ai aussi appris à appuyer sur pause. A couper. Chose que je ne faisais JAMAIS avant. J’ai appris à PRENDRE le temps que je pensais ne pas avoir, pour me faire une routine avant de démarrer, pour reprendre la lecture qui me manquait temps, pour flâner devant des vidéos, pour danser encore plus, bref pour faire des choses qui me plaisent, sans culpabiliser ni me prendre la tête.

Les nouveautés de Digital Women

Il y a beaucoup de nouvelles choses dernièrement au sein de mon business, mais j’en relève 3 principales :

j’ouvre davantage le champ d’action de mes activités.
Je suis en pleine réflexion sur les services que je propose et que je vais proposer. Une chose est sûre, les sites internet sont en top 1 des actions qui sont proposées. Mais je m’organise pour ajouter une compétence plus poussée que je n’ai pas pour permettre de proposer des plateformes encore plus élaborées, j’y reviens dans le point suivant. Je vais solidifer mon processus de formation en ligne ou présentiel sur diverses thématiques (réseaux sociaux, emailing…) et proposer en ligne d’ailleurs, des formations que je ne propose habituellement qu’en école (j’ai eu beaucoup de demandes sur la formation de Community Manager par exemple, ou sur celles des différents réseaux sociaux, je suis donc sur le dossier). Je ne propose pas pour le moment de service de Community Management mais aucune porte n’est close à ce jour, je laisse ma réflexion faire le job. Et enfin, la plus grosse nouveauté, c’est l’arrivée d’une prestation de graphisme dans mon business. J’ai appris en auto didacte et je ne suis clairement pas maîtresse de toutes les compétences, alors je vais m’entourer pour booster la qualité de mes sites internet mais, également, pour proposer des services comme de la création de logo, de cartes de visite, de flyers… bref, l’agence digitale se solidifie !

– de facto, j’agrandis les équipes !
Je suis hyper excitée par cette nouveauté, et je vous parlerai très très prochainement de l’arrivée d’une graphiste dans l’équipe. Elle va me permettre de vous proposer des sites internet encore plus élaborés, et elle sera un réel pilier pour la suite. D’ailleurs, d’autres choses arriveront sûrement suite à cette collaboration ! Bref, je suis impatiente, restez connectées pour cette nouveauté !

– enfin, j’investis bien plus dans mon business.
Et ça c’est clairement LE levier pour passer au niveau supérieur à un instant T. Être capable de sortir de l’argent pour s’ajouter des outils, des compétences, des possibilités. Je peux aujourd’hui me le permettre et je le fais avec un immense plaisir/bonheur, pour voir mon entreprise grandir, je l’espère, encore et encore dans les prochaines années. Formez-vous, investissez sur vous même, croyez en vous pour commencer avant d’espérer que les autres puissent miser sur vos services.

Ce que j’envisage pour la suite, les prochaines années ?

Se projeter, perpétuellement, est une chose à instaurer dans ton mode de fonctionnement. Evidemment, il ne faut pas tomber dans l’obessionnel et savoir également savourer/profiter du moment présent. Cependant, la projection est utile pour te guider, t’imposer un chemin, une route, un guide à suivre pour évoluer positivement vers l’accomplissement de tes différents rêves.

En terme de chiffre d’affaire, j’aimerai atteindre le fameux plafond limite de l’auto entreprise, pour commencer, et ensuite passer au statut d’entreprise qui peut avoir des salariés. Et évidemment, de ce fait, j’aimerai pouvoir embaucher, agrandir mes équipes, agrandir mes services, et développer encore plus l’activité. Je ne pense pas qu’avoir des bureaux fait partie des goals dont je rêve, au contraire je rêve d’une équipe en télé-travail autonome, même si je sais les complexités que ça peut amener. J’adore travailler depuis chez moi et je ne suis pas dans la perspective de m’imposer un lieu/bureau si j’avance vers une évolution positive et qui me ressemble.

J’aimerai également continuer mon travail sur ma façon de bosser, obtenir encore plus de compétences, investir encore davantage sur moi-même, sur mon entreprise. Je projette également de réduire mon temps de travail tout en améliorant sa qualité, je réfléchis à de nombreux outils pour accélérer mes process et devenir encore plus efficace.

J’aimerai également prendre plus de temps pour revenir sur Instagram, là où tout a été construit malgré ce que beaucoup pouvaient en dire (je te ferai un article sur ça prochainement). Ecrire là-bas me manque, échanger quotidiennement avec vous sur tout un tas de sujets me manque aussi, c’est donc l’une de mes priorités du moment !

Tout ceci n’a aucune limite dans le temps, en tous cas je ne veux rien positionner pour dans un an par exemple. Je t’ai ici donné une projection sur moyen/long terme, mais idéalement, c’est la direction que j’aimerai donner à Digital Women.

Merci d’avoir lu cet immense article qui me tenait à coeur, qui est important pour moi. J’ai passé le cap des 3 ans. Mon entreprise se porte bien, moi aussi. Et de belles choses s’annoncent devant moi, devant nous.

Alors, même en période de confinement, je reste ultra positive et continue de construire mon idéal.

Les catégories d’articles

Les articles website Digital Women

Mes meilleures astuces et méthodes pour construire, booster et développer ton site internet

Les articles business Digital Women

L’envers du décor quand on est à son compte, mes partages d’expérience et mes tips en toute transparence

Motivation, positive mindset et textes inspirants pour te booster au quotidien et retrouver ton énergie

Ma prise de distance vis-à-vis du business et du digital pour te parler à coeur ouvert de mes ressentis

on se retrouvait dans tes mails ?